Le Crétacé en Tunisie

CretatWiss
Crétacé en Tunisie centrale
En Tunisie, le Crétacé (- 145 à – 65 Ma) qui est le système le plus largement représenté à travers tout le pays, joue un rôle important dans le façonnement de son paysage actuel.
Il occupe ainsi, aussi bien les reliefs imposants que les vastes plaines et les dépressions. Les dépôts de ce système montrent une évolution de faciès marins profonds ouverts, qui occupent tout le Nord, qui passent par des faciès de transition carbonatés de plateforme instable, qui couvrent la Tunisie centrale et qui se terminent par des faciès lagunaires, néritiques ou continentaux, qui forment les reliefs tabulaires du plateau du Dahar, vers le Sud.

Dans le détail, ce schéma qui est généralement compliqué par la conjugaison des effets de la tectonique et de l’eustatisme, a permis l’apparition de plusieurs bassins qui évoluent de façon plus ou moins indépendante. Certaines zones hautes ou émergées seraient caractérisées par peu ou pas de dépôts, d’autres zones basses et subsidentes, seraient par contre, le siège de dépôts relativement épais.

Ainsi et au cours de cette période, le Nord du pays était occupé par le «sillon tunisien» qui correspondait à un domaine paléogéographique marin profond qui a commencé à s’ébaucher depuis le Jurassique, à se préciser au cours du Crétacé inférieur et à disparaître complètement au début de l’Eocène. Cette entité paléogéographique peut s’inscrire dans une zone limitée actuellement par Ghardimaou, Bizerte, Tunis et Siliana et dont l’axe passerait sensiblement par le tracé actuel de la vallée de la Méjerda. Dans cette paléo-fosse marine, le Crétacé est représenté par des dépôts marins profonds formés par d’épaisses accumulations de marno-calcaires et de marnes riches en Ammonites pyriteuses.

En Tunisie centrale, la plateforme carbonatée instable qui correspond à un domaine paléogéographique de transition, s’étendait entre le sillon tunisien profond au Nord et l’Ile de Kasserine émergée un peu plus au Sud. Ainsi, le Crétacé inférieur qui est largement représenté par le faciès récifal de l’Aptien (faciès Serj), forme l’essentiel des dômes des Jebels Bargou (1.262 m), Serj (1.357 m), Ballouta (1.200 m), Trozza (995 m) et Slata. Le Crétacé supérieur présente souvent des faciès de mer ouverte dont l’épaisseur dépend généralement de l’ampleur des mouvements tectoniques précoces.

A l’Extrême Sud tunisien, au niveau de la plateforme saharienne qui constitue la bordure septentrionale du craton africain, le Crétacé est représenté par des dépôts lagunaires et néritiques qui occupent les structures tabulaires et les falaises du plateau du Dahar.

Selon la charte stratigraphique internationale, la limite entre le Crétacé inférieur et le Crétacé supérieur correspond à la limite entre l’Aptien et l’Albien. Mais en Tunisie surtout centrale et méridionale, et au cours de l’Albien, des facteurs tectoniques ont été à l’origine de lacunes de sédimentation et d’une discordance majeure au cours de cette période (M’Rabet, 1981 ; 1987). De ce fait, cette discontinuité majeure a été ainsi prise comme limite entre le Crétacé inférieur et le Crétacé supérieur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s