Le Crétacé inférieur en Tunisie

La limite entre le Crétacé inférieur et le sommet du Jurassique est généralement difficile à établir sur le terrain et elle se situe généralement dans des dépôts dont la lithologie est plus ou moins la même. En effet, en Tunisie septentrionale et centrale, cette limite se situe au sein des argiles monotones de de la Fm. Sidi Khalif. Plus au Sud, au niveau de la plateforme saharienne, elle se situe au sein des faciès laguno-continentaux de la Fm. Merbeh et Asfer. Ces deux formations couvrent aussi bien la partie supérieure du Jurassique (Tithonien) que la partie inférieure du Crétacé (Berriasien).

Selon la charte stratigraphique internationale, la limite entre le Crétacé inférieur et le Crétacé supérieur correspond à la limite entre l’Aptien et l’Albien. Mais en Tunisie surtout centrale et méridionale, et au cours de l’Albien, des facteurs tectoniques ont été à l’origine de lacunes de sédimentation et d’une discordance majeure (M’Rabet, 1981 ; 1987). De ce fait, cette discontinuité majeure a été ainsi prise comme limite entre le Crétacé inférieur et le Crétacé supérieur.

Dans le Nord du Pays et aux environs SW de la ville de Tunis, le Crétacé inférieur est représentée par la Fm. M’Cherga (Memmi, 1989 ; Ben Ferjani et al., 1990), qui correspond à une épaisse série d’argiles et de marnes sombres à intercalations de calcaires ou de grès, qui renferme une riche faune d’Ammonites, de Bélemnites, de Foraminifères, de Brachiopodes, deLamellibranches et de Gastéropodes. Cette série qui s’étend largement au SE du Jebel Oust, a été attribuée au Valanginien – Aptien.

En Tunisie centrale, le Crétacé inférieur débute généralement, par la Fm. Sidi Kralif ou Sidi Khalif (Burollet, 1956), qui débute par des argiles et des marnes et qui se termine par des intercalations de calcaires gris.

Cette série formée par des dépôts relativement tendres, occupe généralement les vastes dépressions qui s’étendent entre les reliefs formés respectivement par les calcaires de Nara et les dolomies de Méloussi. La présence d’Ammonites pyriteuses (Berriasella gr. boissieri), de Brachiopodes, de Bélemnites, de Crinoides, de Calpionelles, d’Ostracodes et de Coccolites, a permis d’attribuer cette série au Tithonien-Berriasien.

En Tunisie centre-Nord et au niveau des masifs du Jebel Bargou et du Jebel Serj, le Crétacé inférieur correspond essentiellement aux calcaires et aux dolomies massifs et récifaux de la Fm. Serj qui forme l’essentiel de l’ossature de ces reliefs. Cette série qui débute par des argiles sableuses, qui se poursuit par des calcaires subrécifaux noirs en bancs massifs riches en Rudistes et qui se termine par des marnes feuilletées et qui renferme des Hedbergelles et des Radiolaires, a été attribuée au Gargasien supérieur-Clansayésien.

Au SE de la ville de Makthar, le Crétacé inférieur qui forme les collines qui occupent le cœur de l’anticlinal de l’Oued Bahloul, se poursuit au dessus des calcaires récifaux de la Fm. Serj par la Fm. Fahdène (Burollet, 1956), qui correspond à un faciès argilo-marneux franchement marin. La moitié inférieure de cette série qui renferme de nombreux Echinodermes, Ammonites et Foraminifères, a été attribuée au Clansayésien-Albien.

Plus au NW et à l’Ouest de la ville de Tajérouine, le Crétacé inférieur se poursuit au dessus des calcaires de la Fm. Serj, qui forme l’ossature des massifs de Slata et d’El Haouareb, par la Fm. Hameima  (Burollet, 1956), qui correspond à une épaisse série d’argiles noires avec de nombreuses intercalations de grès, de dolomies et de calcaires bioclastiques.

Ile de Kairouan

La présence d’Orbitolines, d’Echinides, de Pélécypodes et de rares Ammonites dans certains niveaux de cette série qui occupe les pentes des massifs, ont permis de l’attribuer au Gargasien à Clansayésien.

En Tunisie centrale et aux environs de Kairouan-Sidi Bou Zid, apparaît une zone émergée ou «Ile de Kairouan» (M’Rabet, 1987, p. 384) qui s’est individualisée au cours de l’Hauterivien-Barrémien. De part et d’autre de cette zone émergée, apparaissent vers le NW des hauts fonds caractérisés par des réductions d’épaisseurs et par des émersions successives et vers le SW, le bassin relativement subident de Gafsa.

Le bassin subsident et instable qui couvrait la région de Meknassy, Gafsa et Sidi Bou Zid et qui était le siège d’une sédimentation importante, subissait au cours du Crétacé inférieur, une succession de pulsations transgressives.

Ces dépôts épais, correspondent à la mégaséquence de dolomies, de sables, d’argiles et d’évaporites du super-groupe Meknassy (Burollet, 1956). Ce super-groupe correspond à un terme inférieur deltaïque ou Gpe. Sened (Berriasien-Hautérivien) et un terme supérieur transgressif ou Gpe. Gafsa(Hautérivien-Aptien).

Le Groupe Sened à caractère deltaïque débute par la :

– La Fm. Méloussi qui repose sur le sommet des argile de laFm. Sidi Khalif et qui correspond à des sables blancs, fins à stratifications entrecroisées, qui alternent avec des dolomies, des calcaires organogènes, des quartzites rouges, des grès durs et des argiles. Ces dépôts essentiellement détritiques qui forment des reliefs relativement élevés, ont été attribués à l’Hautérivien-Barrémien inférieur (Burollet, 1956), au Berriasien inférieur – Hauterivien supérieur (M’Rabet, 1981) et au Berriasien supérieur-Valanginien dans des travaux plus récents.

– Ce groupe se poursuit par la Fm. Boudinar qui est entièrement formée par des sables grossiers, mal classés, de couleur blanc à jaune ou rose. Ces sables qui sont souvent friables et profondément érodés par les cours d’eau, peuvent parfois être bien cimentés et donner localement des grès durs et des quartzites qui renferment des restes de bois silicifiés. Malgrès l’absence de faunes, ces sables ont été attribués au Barrémien-Aptien (Burollet, 1956) et à l’Hauterivien (M’Rabet, 1981).

– Le Gpe. Gafsa à caractère transgressif, ébute par :

– La  Fm. Bou Hedma (Burollet, 1956) qui correspond à des alternances de grès, de calcaires, de dolomies et d’argiles, avec parfois d’importantes intercalations de gypse. Cette série à caractère lagunaire et qui renferme des Choffatelles, des Lamellibranches, des Gastéropodes et des Echinides, a été attribuée à l’Hauterivien supérieur-Barrémien (Damotte et al., 1987), au Barrémien-Bédoulien (M’Rabet, 1981) et à l’Hauterivien-Barrémien (Chekhma et al., 1990).

– Ce groupe se poursuit par la Fm. Sidi Aich (Burollet, 1956) qui correspond à une entité de sables fins avec de rares intercalations de lits carbonatés ou argileux. Ces sables à caractère fluvio-marin, ont été attribués au Bédoulien (M’Rabet, 1987) et au Barrémien supérieur pp. (Chekhma et al., 1990).

Le Gpe. Gafsa se termine par la Fm. Orbata (Burollet, 1956) qui correspond à une série essentiellement carbonatée avec des marnes, des grès et des gypses, qui renferment une riche faune de Pélécypodes, de Gastéropodes, de Céphalopodes et de grands Foraminifères. Ces dépôts à caractère néritique, sont attribués au Bédoulien pp.-Gargasien à Albien supérieur (M’Rabet, 1987).

De leur coté et dans cette même région, les géologues pétroliers de la SEREPT, ont pu définir dans le Crétacé inférieur, deux grandes séquences. La séquence d’Ouaddada (Boltenhagen, 1985) qui correspond à une série détritique qui débute par les sables blancs fins de Sidi Aich et qui se termine par la barre dolomitique massive de la partie inférieure de l’Orbata ou de celle de la Fm. Bou Laaba (Bismuth et al., 1981). Cette unité gréso-dolomitique qui est marquée à sa base et à son sommet, par deux discontinuités majeures, a été attribuée au sommet de l’Aptien inférieur. La séquence de Koudiat el Maaza (Boltenhagen, 1985) correspond aux calcaires dolomitiques massifs de la partie supérieure de la Fm. Orbata. Cette unité qui a été attribuée à l’Aptien, se termine par une discordance angulaire, un hiatus et ou une surface durcie.

Pour M’Rabet (1987), la Fm. Orbata correspond à un membre inférieur de dolomie bioclastiques massives, formant une corniche, avec par endroit des grains phosphatés, des traces de LamellibranchesChoffatelles, Ostracodes et Orbitolines qu’il rattache au Mb. Berrani  (Ben Youssef et al., 1985) ou au Mb. Sidi Boulaaba. (Bismuth et al., 1981). Ce membre avec les sables de la Fm. Sidi Aich, ont été regroupés par les géologues de la SEREPT, dans la séquence d’Ouaddada. Le membre moyen et le membre supérieur, formés par des alternances de calcaires bioclastiques, de marnes et de calcaire gréseux oolithique glauconieux et phosphaté renfermant des débris d’Echinides, des Serpules, des Rudistes et des Bryozoaires et correspondent à la séquence de Koudiat el Maaza (Bismuth et al., 1981).

Un peu plus au Sud, au niveau de la chaîne des Chotts et dans le cadre du Projet de Cartographie Géologique du Sud Tunisien, certaines unités informelles ont été définies dans le Crétacé inférieur de la région. Il s’agit de bas en haut de :

  • La Fm. Ben Khalouf (Ghanmi et al., (1993) qui est la série la plus ancienne du Crétacée qui affleure dans la région et qui correspond à des argiles rouges et vertes, alternant avec de minces niveaux de carbonates pélitiques jaunâtres et des niveaux gréseux métriques. Cette série qui renferme des Choffatelles et des Ostracodes a été attribuée à l’Hauterivien ?- Barrémien.
  • La Fm. Guelb Doukhane (Ben Ouezdou et al., 1994) qui correspond au dessus des argiles de la Fm. Ben Khalouf, à un horizon remarquable de gypses blancs massifs, avec quelques passées d’argiles rouges et vertes et qui a été attribuée à l’Hauterivien-Barrémien ?.
  • La Fm. Kébeur el Haj (Ghanmi et al., 1994) qui correspond au dessus de la Fm. Guelb Doukhane à des argiles bigarrées avec de minces intercalations de carbonates pélitiques et qui ont été attribuées à l’Hauterivien-Barrémien.
  • La Fm. Klikr (Ghanmi et al., 1994) correspond au dessus de la Fm. Kébeur el Haj, à des alternances de gypse laminé, massif ou en bancs et des argiles vertes qui ont été attribués au Barrémien.
  • La Fm. Bérada ((Fakhraoui et al., 1994) qui correspond au dessus de la Fm. Kliker, à un ensemble sableux massif à bois ferruginisé et à des alternances d’argiles et de dolomies grises à Lamellibranches, Gastéropodes, Choffatelles et Ostrocodes. Cet ensemble qui correspond à l’unité Limaguess des géologues pétroliers, est attribuée à l’Hauterivien-Barrémien.Orbitolines
  • Le Mb. Berrani (Ben Youssef et al., 1987, p. 109) qui est l’équivalent du terme inférieur de la Fm.Orbata ou le Mb. Bou Laaba, correspond à dolomies jaunâtres, des calcaires massifs à Rudistes et des calcaires et des marno-calcaires fossilifères. Cette série a été attribuée au Barrémien terminal-Bédoulien (Ben youssef et al., 1985, p. 110).
  • Le Mb. Araguib (Fakhraoui et al., 1994, p. 8) correspond au dessus du Mb. Berrani, à un ensemble d’argiles vertes alternant avec des calcaires lumachelliques à Lamellibranches, Gastéropodes, Echinides et Orbitolines qui se termine par une surface karstifiée et qui a été attribuée à l’Aptien.

Plus au Sud et au niveau des grandes falaises du plateau du Dahar, le Crétacé inférieur couvre en grande partie les termes moyen et supérieur de la Fm. Merbeh el Asfer. Ainsi et au dessus de la grande discontinuité du sommet de la Fm. Bir Miteur (terme inférieur de cette même formation), le Crétacé inférieur correspond de bas en haut à :

– La Fm. Boulouha (Ouaja, 2002, p. 16), terme moyen de la Fm. Asfer qui débute par des conglomérats lenticulaires à ossements de Vertébrés et en troncs d’arbresqui se poursuit par des sables fins et des argiles sableuses rouges et qui se termine par une barre de dolomie jaune à Nautiles, Brachiopodes et Polypiers (Peybernes et al., 1996). Cette série limitée à sa base et à son sommet par deux surfaces érosives à caractère régional, a été attribuée à l’Hautérivien ? – Barrémien puis au Barrémien-Bédoulien inférieur (Ouaja, 2000, p. 86).

– La Fm. Douiret (Burollet et Dumestre, 1952), terme supérieur de la Fm. Asfer, affleure largement et de manière continue depuis le Jebel Heddada, situé au Nord du village de Chénini, jusqu’à Nalout en Lybie). Cette série qui correspond à une épaisse couche d’argiles vertes à minces intercalations dolomitiques et à empruntes de végétaux Ptéridophytes et de Gymnospermes très bien conservées (Barale et al., 1997 ; Barale et Ouaja, 2001), a été attribuée au Barrémien-Aptien.

– Les grès de la Fm. Chénini (Burollet et Magner, 1963) qui ravinent le sommet de la Fm. Asfer (Mb. Douiret), débute par des conglomérats et se poursuit par des grès grossiers à dragées de quartz, à bois silicifiés et des restes de Dinosaures et de Sélaciens. Cette série détritique est attribuée au Gargasien-Albien inférieur.

Dans les grès de Chénini, désignés par Ben Ismail (1991) par la Fm. Ain Guettar, Zarbout et Ghanmi (1993) on pu distinguer un membre inférieur ou Mb. Chénini de grès grossiers à dragées de quartz et à base conglomératique ravinante et vertébrés et un membre supérieur ou Mb. Oum Diab de sables fins, riches en paillettes de micas et en débris de vertébrés.

Références bibliographiques

  • BARNABA P. F. (1965).- Studio stratigraphica sul Cretaceo della Tunisia meridionale.- Rev. Ital. Paleontol. Stratig., Milano, vol. 71, n° 3, pp. 883-922.
  • BEN FERJANI A., BUROLLET P.F. et MEJRI F. (1990).- Petrolium Geology of Tunisia.- Mém. N° 1. Entreprise Tunisiennes d’Activités Pétrolières, 194 p.
  • BEN ISMAIL M. H. (1982).- Les bassins mésozoïques (Trias à Aptien) du Sud de la Tunisie : Stratigraphie, caractéristiques géophysiques et évolution géodynamique.- Thèse de Doct. es Sci. Géologiques, Univ. Tunis II.
  • BEN YOUSSEF M., BIELY A. et MEMMI L. (1985).- La formation Orbata (Aptien) en Tunisie méridionale : Précisions biostratigraphiques nouvelles.- Notes Serv. Géol. N° 51, pp. 105-120.
  • BOLTENHAGEN C. (1985).- Les séquences de sédimentation du Crétacé moyen en Tunisie centrale.- Actes du 1° Cong. Nat. Sci. de la Terre, Tunis.- Ann. Mines et géol. n° 28, t. II, pp. 55-71.
  • BOUAZIZ S., BUFFETEAU E., GHANMI M., JAEGER J. J., MARTIN M., MAZIN J. M. et JONG H. (1988).- Nouvelles découvertes de Vertébrés fossiles dans l’Albien du Sud tunisien.- Bull. Soc. Géol. Fr. (8), IV, pp. 335-339.
  • BUROLLET P. F. (1956).- Contribution à l’étude géologique de la Tunisie centrale.- (Thèse es Sci., Paris).- Ann. Mines et Géol. N° 18, 345 p. XXII Pl.
  • BUROLLET P. F, DUMESTRE A., KEPPEL D. et SALVADOR (1952).- Unité stratigraphiques en Tunisie centrale.- XIX° Cong. Géol. Int. d’Alger, Fasc. 21, pp. 243-254.
  • BUSSON G. (1967).- Le Mésozoïque saharien. 1° partie, L’Extrême Sud tunisien, 1 vol.- Pub. C.R.Z.A. Géologie, Paris (CNRS).
  • CHEKHMA H., DONZE P., GARGOURI-RAZGALLAH S. (1990).- Le Crétacé inférieur de la région de Bir el Hafey : précisions chronostratigraphiques sur les formations Bou Hedma, Sid Aich, Orbata et Zebbag.
  • FAKHRAOUI M., MAHJOUB K. (1994).- Notice Expicative de la feuille à 1/50.000° de Ksar Asker, 32 p.
  • FAKHRAOUI M., RABIA M. Ch., BEN YOUSSEF M. et ZARGOUNI F. (1994).- Notice Expl. de la feuille à 1/100.000° de Bir Rekeb, 37 p.
  • GHANMI M., POTFAJ M., BEN YOUSSEF M et F. ZARGOUNI (1993).- Notice Explicative de la feuille à 1/100.000° d’Oglet Merteba, ,44 p.
  • GHANMI M., POTFAJ M., LOUHAICHI L. et MAMOU A. (1994).- Notice Explicative de la feuille à 1/100.000° de Kébili, 38 p.
  • MEJRI F., BUROLLET P. F. et BEN FERJANI A. (2006).- Petroleum Geology of Tunisia. A Renewed Synthesis.– Memoir ETAP, n° 22, 230 p.
  • M’RABET A. (1987).- Stratigraphie, sédimentation et diagenèse carbonatée des séries du Crétacé inférieur de Tunisie centrale. (Thèse es Sci. Paris Sud, Orsay).- Ann. Mines et Géol. N° 30, 412 p.
  • M’RABET A., MEJRI F., BUROLLET P.F., MEMMI L et CHANDOUL H. (1995).- Recueil des coupes types de Tunisie : Crétacé.– Mém. ETAP, n° 8B, 123 p..
  • OUAJA M., FERRY S. BARALE G. et SRARFI D. (2002).- Faciès de dépôt du Jurassique et du Crétacé du bassin de Tataouine (Sud de la Tunisie).- Excursion organisée par le Service Géologique de la Tunisie et l’Association des Sédimentologistes Français.
  • OUAJA M. (2003).- Etude sédimentologique et paléobotanique du Jurassique moyen-Crétacé inférieur du bassin de Tataouine (Sud-Est de la Tunisie).- Thèse Univ. Cl. Bernard, Lyon I, fsc. I. Text 164 p., fsc. II. 50 figs.
  • ROUVIER H. (1985).- Géologie de l’Extrême Nord tunisien : tectoniques et paléogéographies superposées à l’extrémité orientale de la chaîne nord-maghrébine. (Thèse es Sci., Univ. P. et M. Curie, Paris).- Ann. des Mines et de la Géol., N° 29, 428 p.
  • SRARFI D. (2006).- Biostratigraphie, biodiversité, taphonomie et paléoenvironnement des niveaux à Vertébrés du Jurassique-Crétacé du Sud de la Tunisie : Implications paléobiogéographiques.- Thèse Doct. Univ. Cl. Bernard, Lyon I.
  •  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s