Le Jurassique du Sud tunisien

Dans l’Extrême Sud tunisien, les affleurements du Jurassique couvrent largement la plateforme saharienne et forment les derniers reliefs occidentaux du bassin de la plaine de la Jeffara et les premières falaises orientales du plateau du Dahar.

En suivant l’évolution verticale et les changements dans la nature des dépôts, les auteurs ayant travaillé dans la région, ont pu distinguer dans ce système et de bas en haut, les différentes unités lithostratigraphiques suivantes  :

JursSud.jpg
Différents termes du Jurassique du Sud tunisien

* Les Evaporites de Bhir (Bouaziz, 1986, p. 27) ou Evaporites inférieures (Busson, 1967) qui  reposent sur les dolomies de Messaoudi du sommet du Trias (Norien-Rhétien), occupent toute la plaine de Ksar Bhir qui s’étend à l’Est de la ville de Tataouine. Cette série débute par des argiles à intercalations de sel gemme, se poursuit par un niveau de dolomie laminée et à oolithes et se termine par des évaporites de gypses, d’anhydrite et de sel gemme. A la suite de la découverte d’une riche association de foraminifères benthiques (Kamoun et al., 1994), ces évaporites ont été attribuées au Rhétien-Sinémurien. Les évaporites de Bhir correspondent ainsi au passage entre le sommet du Trias et la base du Jurassique.

* Les Calcaires de Zmilet Haber (Busson, 1967) ou «Horizon B» des pétroliers correspondent à une dalle de calcaire dolomitique, souvent oolithique et à débris de Lamellibranches. Pour longtemps considérée comme la base du Lias (Busson, 1967), cette dalle, grâce à des découvertes plaéontologiques récentes, a été rajeunie et attribuée au Pliensbachien (Peybernes et al., 1985 ; Bouaziz et al., 1994). Cette dalle carbonatée se termine par une grande discontinuité d’une valeur régionale.

* Les Evaporites de la Mestaoua (Busson, 1967) ou Evaporites supérieures qui occupent la vaste plaine du même nom et qui s’étend à l’Est de Tataouine. Elles correspondent à une épaisse série de gypse et d’anhydrite admettant des bancs de dolomies qui deviennent de plus en plus nombreux vers le sommet. Par sa position au dessus des calcaires de Zmilet Haber et sous les dolomies de Krachoua, ces évaporites qui renferment des tests de Bivalves, des Gastéropodes, des Ostracodes et des débris d’Oursins, sont attribuées au Lias supérieur – Aalénien.

Mestaoua (2)
Evaporites de la Mestaoua

* Les Dolomies de Krachoua (Busson, 1967) qui forment les falaises qui s’étendent à quelques km au SE de Tataouine, annoncent les premières incursions marines du Jurassique du Sud tunisien. Cette série correspond à des calcaires durs et résistants, à faune marine de Lamellibranches, de Brachiopodes et d’Algues qui ont permis à Peybernes et al., (1985), Bouaziz et al., (1987) et Ben Ismail et al., (1991) de lui attribuer un âge Bajocien. Ces dolomies se terminent par une importante discontinuité régionale à la base des grès de Téchout.

* Les Argiles et les grès de Téchout (Busson, 1967) qui forment la combe autour du village de Ksar Ezzahra, s’étendent entre les falaises de calcaires de Krachoua et les calcaires de la partie inférieure de la Fm. Tataouine. Cette série débute par des argiles avec des bancs gypseux et des calcaires fossilifères et se poursuit par des argiles sableuses et des sables fins à moyens, à bois fossiles et des bancs de dolomies lumachelliques. La découverte de Vertébrés et de Brachiopodesdans la Fm. Téchout a permis à Busson (1967) et Bouaziz et al., (1987) de lui attribuer un âge Bathonien.

Peybernes et al., (1985) et Bouaziz et Mello (1987) ont subdivisé les argiles et grès de Téchout en un terme inférieur ou Mb. Zahra argilo-gypseux et avec des bancs de dolomies et de calcaires fossilifères à Brachiopodes et Lamellibranches et un terme supérieur ou Mb. Manad de sables à stratifications obliques et des restes de Vertébrés, d’argiles sableuses verdâtres et de dolomies bioclastiques. Dans la partie supérieure de ce dernier terme, Barale et al., (2000) ont pu mettre en évidence un gisement riche en empreintes de Conifères et de Fougères (in. Srarfi, 2006, p. 35).Différents éléments du Jurassique du Sud

TatanLog
Différents termes de la Fm. Tataouine

* Les calcaires et les marnes de Foum Tataouine (Busson, 1967)appelés également «série callovienne et oxfordienne», correspondent aux faciès les plus marins du Jurassique qui sont facilement repérables au niveau des grandes falaises du plateau de Dahar. Ces faciès qui s’étendent depuis le Sud du massif du Tébaga de Médenine jusqu’à la frontière tuniso-lybienne, correspondent à des alternances de marnes et de calcaires à Dasycladales et foraminifères benthiques et des calcaires fossilifères à MadréporairesBrachiopodesNautilesAmmonites et Echinides. Cette série qui est couronnée par une grande dalle de calcaire massif, est attribuée au Bathonien supérieur à Oxfordien.

Reprise par Peybernes et al., (1985) et Bouaziz et Mello (1987) et en se basant sur des coupures lithologiques, cette formation a été subdivisée de bas en haut en 5 membres distincts :

  • Le Mb. Béni Oussid I qui débute par une importante barre carbonatée, se poursuit par une série argileuse avec des intercalations de calcaires bioclastiques, parfois lumachelliques, à Trigonies, Ostreidés et Echinodermes et se termine par un grand replat formé par des dolomies cristallines bioturbées. Le Mb. Béni Oussid II qui débute par des sables fins et des argiles gypseuses, se poursuit par des calcaires grumeleux fossilifères et se termine par une barre de calcaire bioconstruit formant un grand replat.

Pour Ouaja (2003), il serait difficile de pouvoir distinguer lithologiquement ces deux membres et il propose de les regrouper en un seul membre, le Mb. Béni Oussidsans aucune distinction.

  • Le Mb. Khechem el Miitqui correspond au terme moyen de la Fm. ou Gpe. Foum Tataouine, débute par un niveau de calcarénites blancs grumeleux fossilifères baptisé «niveau Kedima» ou «niveau Sedra» (Bouaziz et Mello, 1987), se poursuit par des marnes jaunâtres fossilifères, riches en Brachiopodes et Echinodermes et se termine par un deuxième niveau de calcaires grumeleux fossilifères, riches en Lamellibranches, Gastéropodes, Céphalopodes, Brachiopodes, Echinodermes, Bryozoaires, Eponges et Coraux. Cette série qui est couronnée par des passées sableuses avec des restes de plantes et de Vertébrés, est attribué au Callovien moyen à supérieur.
  • Le Mb. Ghomrassène, qui correspond à l’avant dernier terme de la Fm. Foum Tataouine,correspond à une dalle de calcaires massifs, oolithiques récifaux et à Polypiers qui peut être suivie sur plus de 200 km, depuis Béni Kheddache, au Nord, jusqu’à Déhibat, sur la frontière tuniso-lybienne, au Sud. Vers le haut, ces calcaires montrent des faciès à tendance bio-construite aboutissant à de véritables biohermes à Eponges et Coraux.
Ghomrsn.jpg
Calcaires du Mb. Ghomrassen

– Le Mb. Ksar Haddada, dernier terme de la Fm. Foum Tataouine correspond au dessus de la barre de Ghomrassène, à une série formée essentiellement par des argiles carbonatées et des calcaires fossilifères, parfois lumachelliques riches en Oursins et en Nautiles et qui montrent vers leur sommet, des intercalations de dolomies gréseuses.

Cette série est attribuée à l’Oxfordien (Peybernes et al., 1985) et au Callovien supérieur (Ben Ismail et al., 1989).

KsarHdda
Mb. Ksar Heddada

* La Fm. Merbah el Asfer (Burollet et Dumestre, 1952 ; Busson, 1967) correspond à un complexe monotone de conglomérats, à grosses dragées de quartz, de sables et de grès à stratifications obliques et à bois flottés, des argiles, du gypse, des marnes et des dolomies, qui affleure largement sur plus 100 km au pied de la grande falaise crétacée, bordant le plateau du Dahar.

A sa base cette série débute par  :

– La Fm. Bir miteur (Burollet et Dumestre, 1952 ; Bouaziz, 1989 ; Kamoun, 1989 et Ouaja, 2002), terme inférieur qui correspond au Continental Intercalaire ou Purbecko-Wealdien (Busson, 1976), à tendance nettement continentale.

BirMiter (1)Série de Bir Miteur

Il s’agit de sables, d’argiles sableuses et de bancs dolomitiques riches en Madréporaires, en Stromatholites et en moules de Lamellibranches et de Gastéropodes qui ont été attribués au Kimméridgien (Peybernes et al., 1985 ; Kamoun et al., 1992). Ouaja et al., (2002), ont pu mettre en évidence dans les niveaux sableux, des troncs de conifères et des stipes de fougères hématitisées ou silicifiés.

Une importante lacune entre la Fm. Bir Miteur (Kimméridgien) et la Fm. Boulouha de la base du Crétacé inférieur, marque dans le Sud tunisien, le passage entre le Jurassique supérieur et le Crétacé inférieur.

Références bibliographiques

  • BARALE G., OUAJA M. et PHILIPPE M. (2000).- Une flore bathonienne dans la formation Téchout du Sud-Est tunisien.- Ncus Jahrbuch fur Geologie und Paleontologie Monatshefte, 11, pp. 681-697.
  • BEN ISMAIL M. H. (1982).- Les bassins mésozoïques (Trias à Aptien) du Sud de la Tunisie : Stratigraphie, caractéristiques géophysiques et évolution géodynamique.- Thèse de Doct. es Sci. Géologiques, Univ. Tunis II.
  • BOUAZIZ S., MELLO J. et DOUBINGUER J. (1987).- Les argiles et évaporites de Mhira : Nouvelle formation d’âge carnien supérieur-norien de la Jeffara (Tunisie méridionale). Analyse palynologique.- Notes du Serv. Géol. n° 54, pp. 25-39.
  • BOUAZIZ S. (1986).- La déformation dans la plateforme du Sud tunisien (Dahar et Jeffara). Approche multiscalaire et pluridisciplinaire.- Thèse sp. Tunis, 1986, 180 p.
  • BOUAZIZ S., DONZE P., GHANMI M. et ZARBOUT M. (1989).- La série à dominante continentale (Oxfordien à Cénomanien) de la falaise du Dahar (Sud tunisien) : son évolution du Tébaga de Médenine à la frontière tripolitaine.- Géol. Méditerranéenne, T. XVI, n° 1, pp. 67-76.
  • BOUAZIZ S. (1995).- Notice Explicative de la feuille à 1/100.000° de Ghomrassène, 16 p.
  • BUSSON G. (1967).- Le Mésozoïque saharien. 1° partie, L’Extrême Sud tunisien, 1 vol.- Pub. C.R.Z.A. Géologie, Paris (CNRS).
  • CHANDOUL H., BUROLLET P. F., BEN FERJANI A. et MEMMI L. (1993).- Recueil des coupes types de Tunisie : 1. Trias et Jurassique.- Mém. ETAP, n° 4, 95 p.
  • KAMOUN F. (1989).- Le Jurassique du Sud tunisien, témoin de la marge africaine de la Téthys : stratigraphie, sédimentologie et micropaleontology.– Rev. des Sci. de la Terre, Institut National de Recherche Scientifique et Technique., Vol. 11, 270 P. et 31 Pl. photos.
  • KAMOUN F., PEYBERNES B. et BEN YOUSSEF M. (1987).- Analyse biostratigraphique et sédimentologique du Jurassique de l’Extrême Sud tunisien (Plateforme saharienne et abords de la chaîne permienne).- Rev. des Sci. de la Terre, Institut National de Recherche Scientifique et Technique., Vol. 6, 1987, pp. 37-61.
  • MEJRI F., BUROLLET P. F. et BEN FERJANI A. (2006).- Petroleum Geology of Tunisia. A Renewed Synthesis.– Memoir ETAP, n° 22, 230 p.
  • OUAJA M., FERRY S. BARALE G. et SRARFI D. (2002).- Faciès de dépôt du Jurassique et du Crétacé du bassin de Tataouine (Sud de la Tunisie).- Excursion organisée par le Service Géologique de la Tunisie et l’Association des Sédimentologistes Français.
  • OUAJA M. (2003).- Etude sédimentologique et paléobotanique du Jurassique moyen-Crétacé inférieur du bassin de Tataouine (Sud-Est de la Tunisie).- Thèse Univ. Cl. Bernard, Lyon I, fsc. I. Text 164 p., fsc. II. 50 figs.
  • PEYBERNES B.,ALMERAS Y., BEN YOUSSEF M., M. MELLO J., REY J. et ZARGOUNI F. (1985).- Nouveau éléments de datation dans le Jurassique du Sud tunisien (Plateforme saharienne).- C. R. Acad. Sci. Paris, t. 300, pp. 113-118.
  • SRARFI D. (2006).- Biostratigraphie, biodiversité, taphonomie et paléoenvironnement des niveaux à Vertébrés du Jurassique-Crétacé du Sud de la Tunisie : Implications paléobiogéographiques.- Thèse Doct. Univ. Cl. Bernard, Lyon I.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s