Stratigraphie

Douirett
Plateau du Dahar (Plateforme saharienne)

Voir aussi :    https://drive.google.com/open?id=1OCkYa7PhD4KQ7DYqCpNb3FVWMTVJ17ty

Sur le plan stratigraphique, la Tunisie n’est occupée à l’affleurement que par des terrains méso-cénozoïques et quaternaires, à l’exception du petit affleurement du Permien Marin du Jebel Tébaga qui ‘étend à quelques  km au NW de Médenine (Sud tunisien).

Les terrains plus anciens du Précambrien et du Paléozoïque n’existent pas à l’affleurement. Ils sont recoupés uniquement par les sondages pétroliers profonds, qui sont réalisés au niveau de la plateforme saharienne. Il s’agit d’une succession régulière de dépôts correspondant aux Cambrien, Ordovicien, Silurien, Dévonien et Carbonifère.

Le Mésozoïque : Les terrains du Mésozoïque sont très bien développés en Tunisie et ils correspondent aux Trias, Jurassique et Crétacé.

* Le Trias est bien développé en Tunisie et correspond à trois faciès différents :

  • Des roches métamorphiques et pélitiques qui apparaissent dans le Nord du Pays au niveau des Jebels Hairech (Jendouba) et Ichkeul (Bizerte).
  • Un faciès très chaotique formé par des gypses, des argiles, des psammites, des dolomies, des cargneules et des volcanites basiques qui occupent la zone des diapirs et le domaine atlasique.
  • Une série relativement calme et continue qui occupe le bassin de la Jeffara dans l’Extrême Sud tunisien.

* Le Jurassique est également bien développé et affleure largement dans le Nord du pays et tout au long, ainsi que de part et d’autre, de la Dorsale tunisienne. En Tunisie centrale, ce système constitue l’essentiel de l’ossature des massifs de l’Axe Nord-Sud. Plus au Sud, le Jurassique forme les falaises escarpées du plateau du Dahar qui s’étendent largement tout au long de la plateforme saharienne.

* Le Crétacé qui couvre largement le pays, évolue progressivement de faciès marins relativement profonds dans le Nord, passe par les faciès de plateforme en Tunisie centrale pour finir par des faciès néritiques et continentaux au niveau de la plate-forme saharienne.

Au niveau de la chaîne des Chotts et dans le cadre du Projet de Cartographie Géologique du Sud Tunisien, certaines unités informelles ont été définies dans le Crétacé inférieur de la région.

La limite Crétacé – Tertiaire ou la limite K/T correspond à quelques millimètres de marnes et d’argiles noire où le taux d’Iridium est supérieur à la normale.

Le Cénozoïque

Les terrains du Cénozoïque sont également bien développés en Tunisie et correspondent à la partie supérieure de la série de transition du Crétacé-Tertiaire, à l’Eocène, à l’Oligocène, au Miocène et au Pliocène.

* Le Paléocène et l’Eocène correspondent à des faciès de plate-forme, généralement marins, qui sont représentés souvent par la trilogie des argiles de la Fm. El Haria et de celles de la Fm. Souar qui sont séparées par les carbonates de la Fm. Metlaoui, avec une paléographie voisine de celle du Crétacé supérieur.

A l’exception de la Fm. El Haria, assez constante, les unités moyenne (Fm. Métlaoui) et supérieure (Fm. Souar) présentent souvent divers équivalents latéraux marins, lagunaires ou même continentaux.

* L’Oligocène-Miocène inférieur correspond à une séquence régressive majeure qui débute par des alternances de grès, de marnes et de calcaires marins (Unité Kobous), se poursuit par une épaisse série détritique fluvio-deltaïque (Unité El Haouaria) et se termine par une épaisse série de silts, de limons rouges et de conglomérats continentaux (Fm. Messiouta).

* Le Miocène moyen et supérieur transgressif, débute généralement par des dépôts marins, généralement peu profonds (Gpe. Cap Bon) se poursuit par des dépôts laguno-paraliques à continentaux  (Gpe. Oum Douil) et se  termine vers le Nord du pays, par des dépôts molassiques lagunairres, lacustres ou continentaux (Gpe. Méjerda).

* Le Mio-Pliocène continental est représenté par des dépôts silteux rouges à intercalations de niveaux conglomératiques polygéniques (Fm. Ségui).

* Le Pliocène marin n’est identifié qu’à proximité des côtes actuelles où il se présente sous formes d’argiles (Fm. Raf Raf) et de sables coquilliers (Fm. Porto Farina).

A l’exception des couches villafranchiennes qui sont solidaires du Mio-Pliocène continental, le Quaternaire représente de larges accumulations de débris de piémont et d’alluvions.

Le long de la côte, les dépôts à Strombes qui constituent l’essentiel du cordon littoral, correspondent généralement aux différents termes du Tyrrhénien.