Unités structurales

Dorsale
Jebel Bou Kornine et Jebel Ressas, éléments de la Dorsale tunisienne

Voir aussi :    https://drive.google.com/open?id=1OCkYa7PhD4KQ7DYqCpNb3FVWMTVJ17ty

Héritage géodynamique Euro-Africain

Par sa position géographique sur la bord sud du bassin de la Méditerranée occidentale et à l’extrémité septentrionale du Continent africain, la Tunisie constitue, sur le plan géodynamique, un maillon de transition entre les structures plissées de la chaîne alpine de l’Europe, située plus au Nord et des structures tabulaires relativement stables de la marge nord du Craton africain, qui s’étend plus au Sud.

En effet, et malgré sa surface relativement réduite (164.000 km²) et en parcourant du Nord au Sud, sur une distance de près de 600 km à travers tout le pays, on peut suivre toutes les transitions entre les structures alpines fortement plissées, vers le Nord, et les structures tabulaires, relativement stables de la plate-forme saharienne, vers le Sud.

Unités structurales majeures

De l’extrémité septentrionale vers l’extrémité méridionale du pays, nous pouvons suivre les grands domaines morpho-structuraux suivants :

A. La chaîne tellienne qui occupe l’extrémité septentrionale du Pays et qui correspond au segment le plus oriental de la chaîne alpine du Maghreb, est couverte par les reliefs des chaînes de Kroumirie, vers l’Ouest et de la chaîne des Mogods, vers l’Est.

Ce domaine structural particulier, qui s’étend du SW vers le NE, sur près de 150 km, depuis le poste frontalier de Melloula, jusqu’à Ras El Koran (NW de Bizerte), est constituée par la superposition d’unités allochtones ou de nappes de charriage, qui reposent sur un avant-pays autochtone et para-autochtone (Rouvier, 1985, p. 256).

B. Le domaine atlasique qui correspond à l’avant-pays de la chaîne alpine et au prolongement oriental de l’Atlas Saharien, est la zone structurale la plus étendue dans le pays. Cette zone est occupée généralement par des chaînons de plis de couverture, qui sont orientés généralement SW- NE (direction atlasique). Ces chaînon anticlinaux qui sont séparés par des dépressions synclinales, montrent une dissymétrie nette, avec une poussée vers le SE. Orthogonalement à cette direction, générale, apparaissent une série de fossés d’effondrement.

C. Le domaine du Sahel qui occupe la zone orientale du pays et qui se prolonge en mer par le bloc pélagien.

D. La plateforme saharienne qui s’étend sur tout le Sud du pays, constitue la bordure septentrionale du craton africain. Elle correspond à un plateau relativement plat, dont le substratum, recoupé par des sondages pétroliers profonds, correspond à un socle précambrien surmonté par une couverture paléozoïque. En surface, cette structure tabulaire est formée essentiellement par des terrains mésozoïques qui pendent légèrement vers l’Ouest et qui forment le plateau du Dahar.

Vers le NE, une série de cuestas limite la plaine de la Jeffara. La limite NW est formée par les dépressions évaporitiques de Chott El Jérid et de Chott El Gharsa.

 

Références bibliographiques

  • BEN FERJANI A., BUROLLET P.F. et MEJRI F. (1990).- Petrolium Geology of Tunisia.- Mém. N° 1. Entreprise Tunisiennes d’Activités Pétrolières, 194 p.
  • BUROLLET P. F. (1956).- Contribution à l’étude géologique de la Tunisie centrale.- (Thèse es Sci., Paris).- Ann. Mines et Géol. N° 18, 345 p. XXII Pl.
  • BUSSON G. (1967).- Le Mésozoïque saharien. 1° partie, L’Extrême Sud tunisien, 1 vol.- Pub. C.R.Z.A. Géologie, Paris (CNRS).
  • CASTANY G. (1951).- Etude géologique de l’Atlas tunisien oriental.- (Thèse es Sci. Paris).- Ann. Mines et Géol., n° 8, 632 p. 27 Pl. photos et 30 Pl. H.T.
  • KAMOUN F. (1989).- Le Jurassique du Sud tunisien, témoin de la marge africaine de la Téthys : stratigraphie, sédimentologie et micropaleontology.– Rev. des Sci. de la Terre, Institut National de Recherche Scientifique et Technique., Vol. 11, 270 P. et 31 Pl. photos.
  • MEJRI F., BUROLLET P. F. et BEN FERJANI A. (2006).- Petroleum Geology of Tunisia. A Renewed Synthesis.– Memoir ETAP, n° 22, 230 p.
  • ROUVIER H. (1985).- Géologie de l’Extrême Nord tunisien : tectoniques et paléogéographies superposées à l’extrémité orientale de la chaîne nord-maghrébine. (Thèse es Sci., Univ. P. et M. Curie, Paris).- Ann. des Mines et de la Géol., N° 29, 428 p.
  • TURKI M. M. (1988).- Polycinématique et contrôle sédimentaire associé sur la cicatrice Zaghouan-Nebhana. (Thèse es Sci., Fac. Sci. Tunis).- Rev. des Sci. de la Terre, Institut National de Recherche Scientifique et Techniques.